Le traitement des futaies irrégulières

15,00 EUR l'unité

Valoriser les fonctions multiples de la forêt

Roland Susse, Charles Allegrini, Max Bruciamacchie, Roland Burrus

Disponible en français et en anglais.

« PRÉAMBULE
Il est réconfortant de voir que les préoccupations écologiques sur une gestion responsable de notre patrimoine naturel dépassent désormais les seuls cercles des écologistes et conservateurs de la nature. Ce document sur la valorisation des fonctions multiples de la forêt, réalisé par des professionnels de la forêt, qui y vivent, qui en vivent, en est une magistrale illustration. Le titre même du document en dit long sur l’état d’esprit qui a présidé à son élaboration.

Conçu et rédigé par des spécialistes dont la première des responsabilités est de valoriser la forêt, à commencer par la promotion des légitimes intérêts financiers de ses propriétaires, il aura fallu beaucoup de savoir, d’intelligence, de travail et de qualités de persuasion pour faire admettre que la forêt n’est pas seulement une collection d'arbres prometteurs de revenus, mais un écosystème complexe aux multiples fonctions dont l’importance est désormais unanimement reconnue.

Ce qu’on a vécu au cours des quelques dernières décennies en matière de gestion forestière est à proprement parler un changement de paradigme, car il a fallu passer d’une conception presqu’exclusivement productiviste de la forêt à une conception beaucoup plus ouverte et nuancée, laissant une place importante, parfois prépondérante dans beaucoup de forêts méditerranéennes, aux autres fonctions que le système forestier assure : fonctions de régulation des cycles biogéochimiques, des régimes hydrologiques et climatiques, de stockage et de séquestration du carbone, de maintien de la biodiversité, sans parler des fonctions sociales qui prennent une importance croissante, notamment dans les environs des grandes villes.

La conscience publique de ces problèmes a mûri grâce aux initiatives européennes qui se sont concrétisées, par exemple, lors des conférences ministérielles pour la protection des forêts de Strasbourg (1990), d’Helsinki (1993) et de Lisbonne (1998), ainsi que grâce aux évolutions qui se sont manifestées au cours des dernières décennies au sein même de l’ONF, des CRPF et à travers d’autres initiatives privées, telles celles de l’association Pro Silva qui préconise une sylviculture « proche de la nature ».

Cette transformation de l’image qu’on se fait de la forêt fut donc favorisée par ces prises de conscience croissantes des préoccupations environnementales. Mais leur déclinaison à l’échelle de la pratique, notamment en forêt privée, était loin d’être évidente en raison de la multiplicité des contraintes pesant sur l’économie de la forêt. Il faut saluer l’effort remarquable réalisé par l'AFI pour y parvenir. On en récolte aujourd’hui les fruits.

Pour réussir à construire un outil de travail opérationnel sur ce sujet complexe qu’est la conciliation des fonctions multiples de la forêt, il fallait une expérience hors du commun, à la fois de la forêt, de sa dynamique et des hommes qui l'habitent, qui y travaillent et qui en vivent. Les différents chapitres de cette production de l’Association Futaie Irrégulière portent témoignage de ces qualités complémentaires.

Quelques points forts des recommandations pratiques de l’AFl telles qu’elles figurent dans ce document se doivent d’être soulignés : • l’enracinement dans l'espace forestier français et de pays voisins (Belgique, Grande-Bretagne, Irlande, Luxembourg) de la problématique, au moyen de réseaux de placettes de référence, permet de suivre les résultats des pratiques préconisées. Le souci affiché d’une description minutieuse et chiffrée des peuplements, des techniques de sylviculture, des composantes économiques et des expériences personnelles des gestionnaires, est un gage de crédibilité de la démarche.

  • Le souci permanent d'évaluer aussi précisément que possible les coûts et bénéfices associés aux préconisations proposées, de manière à ne pas hypothéquer les recommandations faites aux gestionnaires, témoigne d’un enracinement des auteurs du projet dans le vécu de la forêt et de ses propriétaires.
  • Les préoccupations de type esthétique, au sens le plus noble du terme, apparaissent tout au long du document qui atteste que l’intérêt économique du sylviculteur est consubstantiel de la qualité de l'arbre, du paysage forestier, de la vitalité des arbres, du respect des vieux arbres à vocation « écologique », du soin apporté aux arbres d’avertir, de l’harmonie des peuplements plurispécifiques et de la santé de l’écosystème dans son ensemble.
  • La prudence manifestée à l’égard d’interventions précipitées que d’aucuns sont parfois tentés de faire pour lutter contre les menaces présentes et à venir que représentent les grandes tempêtes et le réchauffement climatique. Il est certain, et ce document le montre bien, qu’il vaut certainement mieux se prémunir contre ces menaces en confortant les peuplements autochtones par des mesures de consolidation de leur structure verticale et horizontale, en favorisant une régénération naturelle continue, en valorisant leur diversité génétique, en pratiquant avec bon sens une grande souplesse de gestion, qu'en recourant à des pratiques et techniques dont on ne sait rien de leur efficacité. En ce domaine de la gestion forestière, la mise en pratique du principe de précaution est certainement la meilleure attitude à prendre, faute d’informations plus précises sur ce qui nous attend.
  • Enfin, la qualité de la présentation, tant au niveau du fond qui témoigne d’une remarquable maîtrise des sujets traités, que de la forme qui est attractive grâce au soin apporté à la construction du plan de l’ouvrage et au choix des illustrations (graphiques, tableaux, photos). Le petit lexique qui termine l’ouvrage sera très apprécié du lecteur.
  • Il ne fait aucun doute que le groupe de réflexion fondé il y a vingt ans sur ce sujet complexe est parvenu, de manière exemplaire, à atteindre les objectifs qu’il s'était fixé, à savoir de proposer des méthodes de gestion qui assurent à la fois des revenus aux propriétaires forestiers tout en respectant les fonctionnalités propres aux écosystèmes forestiers. Un recul de 18 ans d’expérience est là pour prouver le bien fondé de la démarche. »

Jacques BLONDEL
Directeur de Recherche émérite au
Membre du Conseil Scientifique du Patrimoine Naturel
et de la Biodiversité (Ministère chargé de l’Environnement, France)

SOMMAIRE

1. Concilier les fonctions multiples de la forêt

2. L’Association Futaie Irrégulière
    2.1 Les objectifs du réseau AFI
    2.2 L’AFI, un réseau expérimental au service des gestionnaires
        Le protocole
        Le réseau
        Conditions d’accueil d’une parcelle dans le réseau
        Le suivi économique
        Le suivi écologique

3. Principes, modes d’intervention et atouts du traitement irrégulier
    3.1 Rappels de notions utiles
    3.2 Principes du traitement irrégulier
        Les objectifs : la multifonctionnalité
        Potentialité individuelle des arbres, qualité et diversité
    3.3 Modes d’intervention
        La coupe jardinatoire
        Éclaircie et optimisation des travaux pour un renouvellement continu du peuplement
        Un capital producteur régulièrement contrôlé
    3.4 Les atouts du traitement irrégulier
        L’amélioration de la stabilité des peuplements et de leur résilience
        Le respect des enjeux environnementaux
        Une grande souplesse de gestion

4. Les résultats obtenus dans le réseau AFI
    4.1 Un traitement compatible avec de nombreuses stations
    4.2 Comportement des essences
    4.3 Production optimale et pérennité du capital sur pied
    4.4 Rotation et taux de prélèvement
    4.5 Critères de martelage constatés
    4.6 Gestion de la qualité
    4.7 Accroissements
        Croissance en diamètre
        Accroissement en surface terrière
    4.8 Résultats économiques
        Recettes
        Dépenses
        Évolution de la valeur du peuplement sur pied
        Variation quantitative et qualitative du capital producteur
        Pour en savoir plus : évolution du capital et indicateurs de gestion
    4.9 Résultats liés au 4° passage
        Résultats généraux
        Validation des résultats antérieurs
        Création de nouveaux indicateurs
        Suivre la variabilité du cycle de production
        Choix du niveau optimal de matériel à l’hectare
        Comportement face aux risques climatiques
        Résultats par dispositifs
    4.10 Traitement irrégulier et préservation de l’écosystème
        Généralités
        Les variables suivies
        Critères écologiques
        Inventaire du bois mort
        Indice de naturalité anthropique
        Fiches résultats par dispositifs
        Dispositif n° 1 : Bois des Brosses
        Dispositif n° 2 : Bois du Chanois
        Dispositif n° 3 : Chamberceau
        Dispositif n° 4 : Bois des étangs d’Aige et du Prince
        Dispositif n° 5 : Gergy
        Dispositif n° 6 : Forêt de la Quiquengrogne
        Évolution économique des 6 dispositifs

5. La pratique du traitement irrégulier
    5.1 La coupe jardinatoire, fréquente et légère
    5.2 La gestion du sous-étage dictée par le dosage de la lumière
    5.3 Un capital producteur modéré et régulièrement contrôlé
    5.4 Travaux légers pour un renouvellement continu
    5.5 Cloisonnements
    5.6 Mesures particulières en faveur de la fonction écologique
    5.7 Conclusion : une gestion valorisante pour les intervenantsFiches d’application

1 - Apprendre à reconnaître un arbre d’avenir
2 - La coupe jardinatoire
3 - Dosage de la lumière et gestion du sous-étage
4 - Les travaux : légers et variés
5 - Le cloisonnement facilite les accès dans la parcelle
6 - Caractérisation et suivi des peuplements
7 - La mise en marché
8 - Conversion d’un Taillis Sous Futaie (TSF) en futaie irrégulière
9 - La futaie jardinée » résineuse
10 - Comment irrégulariser des plantations ?
11 - Indicateurs économiques

Annexes
    Lexique simplifié
    Protocole d’installation d’un réseau de placettes expérimentales dans des peuplements irréguliers
    Protocole technique du gestionnaire
    Pour en savoir plus : où se renseigner, bibliographie simplifiée
    Partenaires associés

En pratique

160 x 240 mm, 144 p., ISBN 978-2-9538331-1-9

LangueFr-En
Français
Ajouter au panier
English
Ajouter au panier